404.Zero « Au-delà d’une fin du monde »

Collectif Mutation
622 vues

Un parfum de totalitarisme numérique et de fin d’un monde ? Les perspectives colossales d’entrepôts vides, dont les murs répercutent les pulsions sonores des machines. Des faisceaux laser qui scannent l’espace, tandis que les flashes des projecteurs découpent des foules comme perdues dans les immensités de béton.

Depuis leur rencontre en 2016 au Mars Contemporary Art Centre de Moscou, Kristina Karpysheva et Aleksandr Letsiusa mêlent art génératif, code informatique, algorithmes et synthétiseurs analogiques pour concevoir des installations immersives dont l’esthétique évoque, sinon dénonce, une déshumanisation de notre monde.

« 404.zero, c’est le renoncement. C’est le « néant ». C’est l’abandon de la société et le retrait d’une consommation ininterrompue – de tout ce qui brise ce monde, » revendique le duo d’artistes russes. « Rien n’est plus beau que le chant des baleines, si seulement nous pouvions interrompre le bruit des machines. »

Au-delà de ces critiques d’ordre technologique et politique, c’est une fascination pour la mort, pour l’inconnu et le cosmos, qui motive les œuvres de 404.zero. Un questionnement d’ordre philosophique et transcendantal que d’aucuns n’hésitent pas à rapprocher  du chamanisme ancestral toujours pratiqué en Sibérie. 

https://www.404zero.com/

Images © 404.zero
Montage audiovisuel © Fact Residency

Related Articles